Le quotidien des étudiants obligés de travailler pour s’en sortir

étudiants

Aujourd’hui plus qu’il y a trente ans, les étudiants sont obligés de travailler pour réussir à joindre les deux bouts. Certains se sont résignés à croire qu’il est normal pour un étudiant d’être pauvre, et pourtant, ce n’est pas du tout le cas. Ils sont donc contraints à exercer des petits boulots ci et là pour des salaires de sept cent cinquante euros en moyenne. Certes, cette somme les aide à gérer les certains besoins du quotidien, mais c’est au détriment de leur état mental.

étudiants

Où en sommes nous?

Les étudiants, étrangers ou pas, sont presque obligés de travailler pour s’en sortir. Des études menées l’an dernier par l’Observatoire de la Vie Etudiante (en abrégé OVE), prouvent que la situation devient de plus en plus inquiétante.
Odile Ferry, la chargée d’études à l’OVE, explique « Ainsi, 46 % des étudiants exercent une activité rémunérée pendant l’année universitaire. Parmi eux, 54,4 % considèrent qu’elle est indispensable pour vivre contre 51,3 % en 2013 » (la-croix.com). Environ un quart des étudiants en moyenne dit avoir d’énormes difficultés. En effet, si l’on compte les loyers et toutes les dépenses liées à la vie étudiante, on peut en effet comprendre cela.
Nombreux sont ceux là qui sont freinés dans leurs études à cause des petits boulots. Les autres qui aimeraient se concentrer uniquement à leurs études, font souvent des prêts entre dix et quinze milles euros, très difficiles à rembourser étant donné que l’avenir professionnelle n’est en rien assurée. Ceux ci démarrent donc leurs vies avec de grosses dettes, qu’ils ne sont pas sûres de pouvoir rembourser.

Laisser un commentaire